Green tonic

Rhizosphère



agrandir Agrandir l'image


La rhizosphère a aussi appelée la "moitié cachée" (the hidden half en anglais), est la région du sol directement formée et influencée par les racines et les micro-organismes associés. Elle est caractérisée par sa richesse en micro-organismes,
et notamment en bactéries et
champignons microscopiques
qui se nourrissent des composés
photosynthétisés par la plante,
remis à leur disposition.





De nombreuses interactions, bénéfiques (symbioses) ou non, voire délétères (pathogénie) sont observées entre plantes, bactéries et champignons du sol, "dopant" l'activité biologique de ce sol.

Les Rhizobactéries qui Favorisent la Croissance de la Plante, sont connus sous le sigle RFCP, en anglais PGPR, Plant Growth-Promoting Rhizobactéria.

Elles stimulent la croissance des plantes, directement en favorisant le prélèvement des éléments nutritifs et indirectement en activant les mécanismes de résistance induite chez les végétaux.

D'autre part, plus de 80% des plantes renforcent leur croissance grâce à leur alliance avec des champignons dits mycorhiziens, cad des champignons microscopiques dont les filaments s'associent aux racines pour former un nouvel organe appelé mycorhize.

L'utilisation massive des pesticides à détruit ces micorganismes dans la plupart des sols qui sont ipso facto à réensemencer.

Comme support pour ses cultures, Vertinnov utilise un engrais N 3% sur une base de silice, laquelle est un milieu de culture miscible dans l’eau (en anglais Water Dispersible Carrier, WDC). Avantages:

Ses particules sont moins denses que celles des autres milieux comme le talc ou la lignite, et elle est donc beaucoup plus facile à mélanger à l’eau de façon homogène.
Elle peut être facilement diffusée par les goutte-à-goutte d’irrigation, sans les boucher.

Lors de la pulvérisation, se forme sur les feuilles une couche mince.

Laquelle empêche l’entrée des microbes pathogènes par les blessures, et leur développement.

Les cultures sur sicile ont une concentration en germes beaucoup plus forte, et donc un dosage recommandé plus faible. Ex : 100g de produit sur silice contre 1kg du produit sur lignite, pour des applications dans les sols.

Donc relativement moins chères.

Rhizobium



agrandir Agrandir l'image


L'azote est un facteur limitant majeur de la production agricole, alors que l'atmosphère terrestre est constituée à 80% d'azote. Ce paradoxe est dû au fait que l'azote moléculaire (N2) est une molécule très stable, que seuls des organismes unicellulaires dont la structure de comporte pas de noyaux (groupe des procaryotes) sont capables de réduire sous une forme combinée assimilable.

Les systèmes fixateurs les plus efficaces sont des symbioses qui réalisent un couplage entre la fixation d'azote et la photosynthèse.

Ainsi, les Rhizobia sont des bactéries du sol capables d'induire sur les racines des légumineuses (haricot, pois, lentille, arachide, soja, réglisse, luzerne, trèfle, lupin, glycine, palissandre…), la formation d'organes particuliers, les nodosités, petites boursouflures se formant sur les racines, au sein desquels ils réduisent l'azote de l'air.

Dans cette association à bénéfice mutuel, la plante fournit une niche protectrice et de l'énergie aux bactéries qui, en échange, synthétisent de l'ammoniac pour leur hôte.

Cette symbiose Rhizobium-Légumineuses fournit chaque année, à l'échelle de la planète, une quantité d'azote équivalente à celle synthétisée par voie chimique dans l'industrie des engrais, et joue donc un rôle écologique et économique considérable.

Il a été estimée que l’ activité du Rhizobium permet de fixer , suivant la culture, entre 40 et 250 kg de N par ha et par an.

Azospirillum


Azospirillum
agrandir Agrandir l'image


Azospirillum peut établir une symbiose associative avec les racines des graminées (riz céréales), et graines oléagineuses, et ainsi fixer de 20 à 40 kg N/ha.

Mais contrairement aux symbioses mutualistes (comme les rhizobia avec les plantes légumineuses), l’association n’est pas accompagnée par la formation de nouveaux organes.

L’établissement de la symbiose associative entre la PGPR et la plante débute à un stade précoce

Azospirillum agit sur la plante de manière directe, via la fixation d’azote. Ces propriétés peuvent améliorer l’élongation et la ramification du système racinaire, ce qui favorise l’absorption de l’eau et des minéraux du sol.

Phosphobactéria


Phosphobacteria
agrandir Agrandir l'image


Il est d’usage d ‘ apporter comme fertilisant du Phosphore dans les plantations..

Le problème est que les plantes en absorbent moins de la moitié, plus de 50% restant fixé dans le sol.

Bacillus megaterium var. phosphaticum, Phosphorous Solubilising Bactéria, ou PSB, est une bactérie qui permet de solubiser ce phosphate résiduel.

Et ainsi de diminuer plus de moitié ses inputs.

Trichoderma


Trichoderme
agrandir Agrandir l'image


Trichoderma viride est un champignon antagoniste, une moissure d’une espèce exclusive ne permettant pas l'installation d'autres espèces de champignon pathogènes.

Lorsque cet agent de bio contrôle est appliqué sur des graines, il les colonise en se répendant sur leur surface. Non seulement il anéantit les pathogènes en place, mais il protège la plante contre les autres pathogènes du sol, et ce jusqu’à la récolte.

Comme par exemple, Rhizoctonia Solani, Macrophomina Phaseolina, et Fusarium spp.

C’est un efficace et naturel protecteur des racines.

Plan du site | Mentions légales | Contact
45 Avenue du Pied Tendre 33950 LEGE CAP-FERRET FRANCE - tél : +33 (0)5.57.18.47.03 - fax : +33 (0)5.56.03.63.43 - mob : +33 (0)6.07.01.25.67